Février 2013 – Je savais que ces vieilles machines pourraient resservir un jour…

 

D’aussi loin que je me souvienne, ces vieilles fraiseuses ont été là en attente, inutiles, dans un coin de l’atelier Liogier. Elles datent de la période quand mon grand-père produisait, outre des râpes piquées main, des limes fraisées pour les carrossiers (eh oui, à cette époque on prenait la peine de réparer la carrosserie d’une voiture après un accident, on ne remplaçait pas la pièce tout de suite …).

 

Je n’ai jamais pu me résoudre à les mettre au rebut, attendant peut-être inconsciemment, une raison de les redémarrer un jour.

 

L’occasion s’est présentée grâce à certains de mes clients anglophones (du Royaume-Uni, d’Australie, du Canada et des États-Unis) qui n’arrêtaient pas de me demander si je pouvais faire pour eux quelques «floats». Il nous a fallu un certain temps pour nous comprendre les uns les autres parce que ces outils étrangement n’ont jamais été très populaires en France pour le travail du bois, contrairement aux Anglo-saxons !

 

Après avoir surmontées les difficultés de compréhension transcontinentale et de nombreuses difficultés techniques, les premiers modèles de râpe fraisée Liogier – droite et contre-coudée – sortent enfin de l’atelier.

 

La râpe fraisée, très prisée des ébénistes d’antan, connaît un regain de popularité auprès des artisans et artistes contemporains.

 

Elle est idéale pour lisser les surfaces en bois, comme les joues des tenons ou les côtés des mortaises, partout où une surface plane et lisse est désirée. Cette râpe a une face large qui la rend facile à positionner sur la surface du bois. Cela assure que la pièce de travail reste à plat et permet d’éviter les arrondis et ondulations indésirables.

La râpe fraisée peut être utilisée telle que livrée. Après un certain temps d’utilisation, un rapide affûtage au tiers-point permettra de garder une coupe parfaite.

 

Modèle droit : Largeur 25 mm – Epaisseur 4mm – Longueur de travail 180 mm – Longueur totale avec poignée 330mm – 28€ dans la boutique.

 

Modèle contre-coudé : Largeur 25 mm – Epaisseur 4mm – Longueur de travail 90 mm – Longueur totale avec poignée 260mm – 32€ dans la boutique.

 

Je travaille actuellement sur ​​l’extension de la gamme. S’il vous plaît n’hésitez pas à laisser un commentaire si vous avez un conseil à propos d’un modèle qui vous semble pertinent ou une idée d’amélioration sur les râpes fraisées. Merci!

 

Noël Liogier

 

 

voici une petite vidéo sur YouTube faite par un ébéniste canadien sur ces râpes fraisées.

 

4 réponses à Février 2013 – Je savais que ces vieilles machines pourraient resservir un jour…

  1. Enard Nicole dit :

    Mon commentaire est : BRAVO !!!

    Toujours un beau travail chez Liogier !

    Pour la pierre tendre, peut-être…???

  2. Noël dit :

    Merci. Pour la pierre tendre, je ne veux pas m’avancer. Il faudrait que j’essaye d’abord…

  3. daguet Roger dit :

    !!! tout à fait je me souviens que j’employais couramment à mes début une vieille « rappe  » de carrossier qui avait exactement ce profil et qui était bien pratique pour reprendre finement et bien à plat mes encastrements de manche et puis un jour elle a disparue… envisagez vous de faire différentes profondeur de denture? il est « amusant », alors que je viens juste de recevoir ma première commande de vos excellentes rappes, que vous relanciez cet outil que j’avais perdu de vue depuis si longtemps . félicitations!

    • Noël dit :

      Merci pour ces encouragements. Par rapport aux plaques fraiseuses de carrossiers (qui ont des dents droites comme ces nouvelles râpes fraisées mais obliques et non perpendiculaires par rapport au bord de l’outil) j’ai essayé sur le bois les 3 profondeurs de dents habituelles de plaques fraiseuses de carrossiers, pour finalement ne retenir que l’intermédiaire, qui me semble être la plus adaptée. La fine denture n’enlève pas assez de matière et la « batârde » n’apporte pas grand chose par rapport à cette denture « mi-douce ».