Petit glossaire (amoureux) des râpes piquées main


Aléatoire

La disposition des dents d’une râpe piquée main est dite « aléatoire ». Même si il s’agit d’un abus de langage, cela traduit le fait que les dents ne sont jamais parfaitement alignées. Vous pouvez essayer, c’est impossible à aligner parfaitement. Et c’est tant mieux ! Car cette légère dispersion améliore grandement l’état de la surface obtenue. A contrario, les machines faisant des râpes ne savent que faire des dents parfaitement alignées : en regardant une râpe machine de côté, on trouve généralement 3 angles différents sous lesquels les dents sont parfaitement alignés (un peu comme une forêt récemment plantée), laissant apparaître entre les rangées de dents parfaitement alignées, des « vallées » vides de dents, qui se retrouvent sous forme de stries sur la surface râpée.


Brouter

On dit d’une râpe qu’elle broute quand elle avance par saccade, par à coup. Cela est dû soit à des dents de mauvaise qualité, soit parce que la râpe a « bourrée ». C’est-à-dire que les dents se sont remplies de copeaux, ce qui leur enlève tout mordant. Une râpe qui broute, outre le fait qu’elle est très désagréable à utiliser et inefficace, donne un état de surface obtenue de mauvaise qualité.


Effilée

Une râpe est dite « effilée » quand sa section va en se réduisant vers la pointe. Toutes les râpes fabriquées dans notre atelier sont effilées (Fauteuil, Effilée, Mi-ronde, Queue de rat, Carree, etc.). Le fait de piquer à la main une râpe permet d’avoir un effilement jusqu’à la pointe. Cette pointe, pourtant indispensable pour les travaux de précision, est absente des râpes faites par des machines (soit 99,9% des râpes en circulation). En effet, ces dernières sont tronquées car les machines n’arrivent pas à piquer les extrémités étroites et souvent fortement arrondies.

Par opposition, une râpe non-effilée est dite « cylindrique » (ou plus rarement « parallèle »)

 

Dents

On dit d’une râpe qu’elle est « piquée » (par une machine ou par un « piqueur ») afin de relever les « dents ». Une lime est quant à elle « taillée ». Les dents sont numérotées en fonction de leur grosseur, i.e. de leur densité au cm². Le n°1 correspond aux dents les plus grosses, le n°15 aux dents les plus fines. Une râpe faite-machine à des dents au plus fin équivalente à notre piqûre n°5. Seul la main de l’homme arrivent à faire des piqûres plus fines : photo d’un nuancier des 15 piqûres .


Droitier / Gaucher

Nos râpes, parce que faites à la commande, ont des dents légèrement orientées vers le coté, en fonction de la main de leur futur utilisateur : vers la droite pour un droitier, vers la gauche pour un gaucher. Cela permet à la fois d’augmenter le mordant de la râpe et d’améliorer l’évacuation des copeaux afin d’éviter qu’elle ne broute. Les râpes machines n’ont pas cette orientation des dents.

 

Fraisée (râpe)

Si généralement une râpe est piquée et une lime est taillée, il existe une troisième technique : le fraisage. Cela permet d’obtenir une denture caractéristique, en forme de hautes vagues déferlantes. Les râpes fraisées sont extrêmement efficaces pour l’enlèvement rapide de matériaux tendre (bois tendres, MDF, aluminium, etc.) tout en garantissant un état de surface impeccable. Par contre, cette technique de fabrication limite les formes possibles de râpes fraisées à deux modèles seulement : râpe plate et râpe mi-ronde.

 

Grain d’orge

C’est le nom que l’on donne aux poinçons faits maison qui nous servent à piquer les dents. Ce nom leur vient de leur forme.



Longueur

La longueur d’une râpe se mesure hors manche si emmanchée, hors soie si nue… Par exemple, une râpe dite de 200 mm mesure 200 mm de l’épaulement jusqu’à la pointe ; soit, si le manche mesure 90 mm, une longueur totale d’environ 290 mm.


Mordant

Le mordant est une des qualités essentielles d’une râpe. C’est sa capacité à mordre le bois, c’est-à-dire à enlever de la matière sans avoir besoin d’exercer une forte pression. La qualité de mordant d’une râpe résulte de nombreux facteurs :

  • l’état de surface de l’ébauche avant piquage doit être parfaitement lisse, faute de quoi les défauts de la surface avant piquage risquent se retrouver sur la pointe de la dent une fois celle-ci relevée.
  • le tranchant de chacune des dents.
  • la bonne orientation des dents,
  • la bonne forme des dents

Ces 3 derniers points dépendent directement du « tour de main » du piqueur.


Nettoyage

Par pitié, pas d’acide ! Certes, très bien maîtrisé, un passage dans un bain d’acide aide à nettoyer les gorges sans (trop) attaquer le tranchant des dents. Mais c’est montrer bien peu de respect pour votre outil. La meilleure solution est un brossage régulier à l’aide d’une brosse en laiton.


Rangement

Rangez votre râpe dans la boite rigide qui vous est fournie avec l’outil. Cela permettra d’éviter que dans votre caisse à outils ou votre tiroir d’établi, ses dents ne s’entrechoquent malencontreusement contre d’autre outils trempés. De temps en temps, avant de remiser votre outil, penser à huiler ou graisser sa surface ; où mieux, à l’enrouler dans un tissu huilé. Cela prolongera sa protection contre la rouille.


Râpe (si si, on ne sait jamais)

Une râpe est piquée de dents. Elle est faite pour travailler le bois et les matériaux tendres (aluminium, plomb, plastiques, résines,…)

Une lime est taillée (une fois pour les limes d’affutage, deux fois pour les limes de mécanique), elle est faite pour travailler le métal et les matériaux dures.


Soie

La soie est la partie inférieure de la râpe, que vient recouvrir la manche.



Zone de piquage

A part la zone à partir de l’épaulement dont la hauteur doit être égale à la largeur de la râpe, appellée simplement le « carré », une bonne râpe est piquée de partout, y compris sur les bords, les côtés (sauf modèles spécifiques) et jusqu’à la pointe. En plus des problèmes de pointe évoqués ci-dessus (voir Effilée), les râpes faites en masse par des machines ont toujours quelques millimètres sans dents sur les côtés, ce qui les empêche de pouvoir travailler dans les angles.

Les commentaires sont fermés.